Dinan : “Nous sommes fermés”

Nouvelle série : “Nous sommes fermés”

“Nous sommes fermés” : depuis le début du deuxième acte du confinement ordonné par le gouvernement, ce sont les mots que l’on peut lire en vitrine de bon nombre de commerces à Dinan. Pour tenter d’endiguer la seconde vague épidémique de Covid-19, les commerces jugés “non-essentiels” – comme on a pu entendre dire – ont dû baisser le rideau dès le 30 octobre 2020.

Comment la cité le vit-elle ? Que reste-t-il d’humanité lorsque le lien social est rompu ? Voici un reportage automnal, en plein milieu d’après-midi dans une ville de Dinan vidée de ses habitants, badauds et touristes. Une ville de Dinan au ralenti, l’âme patraque, à l’image d’un pays tout entier qui ne sait plus sur quel pied danser, qui, entre envie de bien faire et défiance, n’a plus le coeur à prendre part au grand bal masqué. Plus non plus de discussions aux terrasses des cafés, mêmes les mondes à refaire ne se partagent plus, on n’ose parfois à peine se parler. Sommes-nous définitivement fermés ?


Nouvelle série : Dinan, un été de Covid

De juin à septembre 2020, au travers la série Dinan, un été de Covid, j’illustre à ma façon l’étrange ambiance liée au coronavirus dans la ville de Dinan. Cité médiévale située dans les Côtes d’Armor vivant essentiellement du tourisme, Dinan est comme nombre de villes touristiques frappée par la pandémie de Covid19. Pas plus qu’ailleurs le moral n’est ici au beau fixe. A peine faisons-nous semblant.


Copyright ©David Desreumaux - Tous droits réservés
Using Format